Marines de Guerre et Poste Navale

Les Marines de Guerre vues aux travers de la Poste Navale
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
RETROUVEZ-NOUS SUR FACEBOOK : https://www.facebook.com/postenavalemilitaire
RETROUVEZ-NOUS SUR FACEBOOK : https://www.facebook.com/postenavalemilitaire
RETROUVEZ-NOUS SUR FACEBOOK : https://www.facebook.com/postenavalemilitaire
RETROUVEZ-NOUS SUR FACEBOOK : https://www.facebook.com/postenavalemilitaire
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Partenaires

créer un forum

      

Mes Lettres de Voyage du Monde
Quai des Flottilles
Prisonniers de Guerre

Partagez | 
 

  Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.

Aller en bas 
AuteurMessage
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:42


Corvette LA BASTIAISE

Histoire du naufrage d'un Bâtiment oublié de la Royale et de son équipage civil et militaire.




Ces pages sont la traduction française du fascicule "Gone, but not Forgotten. The Corvette LA BASTIAISE" de Paul Stephenson.
Nos remerciements vont en particulier à l'auteur, à Mr. Le Consul de France Honoraire à Newcastle Eric F.G DONJON et à Mme Liz Chambers.

Nous espérons que cette traduction permettra de sortir de l'oubli le naufrage de la Corvette La Bastiaise et ses marins "Morts pour la France" dont 11 ne sont même pas inscrits sur un Monument où une Plaque Commémorative en France.


" l’Éternité de la gloire est à eux mais le devoir de perpétuer leur souvenir est à nous "

1er avril 2018 - Joël Starzinsky pour la traduction - Forum "Poste Navale et Marines de Guerre" - Lagarde-sur-le-Né (16), France.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:44




"Disparue mais pas oubliée."

"Un Bâtiment construit par les britanniques avec un équipage français."

Le Naufrage de la Corvette LA BASTIAISE

par Paul Stephenson.



Ce mémorial a été rendu possible grâce au financement de Impetus Environmental Trust.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:45




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:46


Avant-propos et Dédicace.



"A la mémoire des officiers et membres d'équipage de La Bastiaise, morts au champ d'honneur lors des essais en mer de leur navire, sur cette terre d'accueil d'où ils souhaitaient repartir pour reconquérir leur pays.
Nous ne les oublierons jamais."

Sincères remerciements au groupe de soutien local du "Mémorial de Guerre des Amis de Smiths Dock Park" dont les recherches et le dévouement ont permis que ce naufrage demeure dans nos mémoires.

Eric F.G DONJON. Consul de France Honoraire à Newcastle (G.B).



Remerciements.

Nous remercions en particulier Liz Chambers MBE, pour avoir coordonné les recherches de nombreux contributeurs dont Eric Donjon, Consul Honoraire de France, et les membres du Consulat de France à Newcastle.
Nos remerciements au regretté Dr. Andrew Robinson de Newcastle Upon Tyne, qui permit de retrouver les identités des victimes du naufrage.
Sincères remerciements à Mr. Jean-Pierre Vanhille et à Mme. Catherine S. Lehouck ainsi qu'à leurs familles de Bray-les-Dunes (France), pour leur aide précieuse.
Nos remerciements vont également à Mr. Derek Laurence, Mr. Philip Powell, Mr. Patrick Mackin, Janet et Steve Williamson du Kirkleatham Hall Museum, Mr. Eddie Crawford, Mr. Nick Hill du Eden Camp Museum, au Middlesbrough Council Bereavement Services, aux Archives de Teessade, à la bibliothèque de référence de Middlesbrough et au personnel des bibliothèques de Stockton, Hartlepool, Morpeth, Newcastle et South Shields, pour leur aide très appréciée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:46


Introduction.

Ce livret, commémorant la perte de la Corvette La Bastiaise, est offert par les Amis du Mémorial de Guerre du Smith's Dock Park en hommage à tous ceux qui ont donné leur vie lorsque le Bâtiment a été détruit par une mine magnétique dans l'estuaire du Tees le 22 juin 1940.

Ged Metcafe, Side Moremon, Ray Gill et Fred Gatenby ont été les quatre premiers membres fondateurs de l'Association des Amis de Smith's Dock Trust en février 1987, après la fermeture du Smith's Dock Shipyard à South Bank, près de Middlesbrough.

Après avoir géré l'Association pendant plusieurs années, ils ont recruté George Cairns, Jack Copeland et Bob Hodgson qui ont repris l'administration du Service du Souvenir et ont remis le Monument Commémoratif de Smith's Dock Park en bon état. En raison de son délabrement au cours des années, le Mémorial a dû être nettoyé et à cette occasion on s'aperçut que les noms des morts étaient plus ou moins effacés, voir avaient totalement disparu. Une réunion a été convoquée le 17 janvier 2008, lorsque Liz Chambers a été invitée à se joindre à l'Association, après avoir travaillé avec succès avec le conseil municipal de Middlesbrough pour la piétonisation du chemin Linthorpe menant au Monument aux Morts. Une nouvelle Association a été crée le 17 juillet 2008 et lors de la réunion inaugurale, Liz Chambers a été élue présidente du Smith's Dock Park War Memorial. L'obélisque de Portland Stone, inauguré en septembre 1922, est basé sur le cénotaphe de Londres qui se trouve à Smith's Dock Park Il commémore le souvenir des employés de l'entreprise qui ont perdu la vie durant la Première Guerre Mondiale et comprend également aujourd'hui les noms de ceux qui sont tombés durant la Seconde Guerre Mondiale.

L'Association s'est fixée pour objectif d'ériger un Monument en hommage aux 43 membres d'équipage de la Corvette La Bastiaise et aux 18 employés civils de la Smith's Dock Company qui ont péri lors du naufrage.

La collecte des fonds nécessaires à l'édification du Mémorial, un enjeu d'importance, a été réalisée grâce à la tenue d'événements annuels et avec le concours de la Loterie Nationale de Grande-Bretagne. Un événement majeur a eu lieu le vendredi 8 juin 2012, lorsque l'Association a organisé une journée de gala parrainée par PD Ports à Smith's Dock Park. Sur cette journée malheureusement pluvieuse, les participants âgés de 10 à 83 ans ont pris part à des événements qui ont permis d'amasser plus de 1 250 £. Le club de football junior de South Park Rangers a organisé une mini-olympiade avec la participation du Bowling Club et du club de cricket et a tenu le stand du TS Erimus Sea Cadet. Le Directeur Général de Redcar & Cleveland, George Dunning, a représenté le Smith's Dock et a remis la coupe au gagnant, Dave Drewery. Les compétitions de piscine et de fléchettes du soir, au Parklands Hotel, sur Skipper's Lane, ont clôturé une journée agréable et réussie malgré les intempéries.

En mai 2013, Liz Chambers a été invitée à bord du Destroyer français Primauguet, amarré à North Shields, pour assister à une commémoration et un déjeuner avec le Consul de France, le Dr Andrew Robinson, et le Capitaine Jean-Louis Arbaument qui a accepté une couronne commémorative de la part de l'Association du Mémorial de Guerre de Smith's Dock Park. Le Destroyer se dirigea ensuite vers le Tees, où, dans un acte de commémoration conjoint, la couronne, spécialement préparée à cette occasion fut jetée dans l'eau à l'endroit où La Bastiaise sombra.



Le Smith's Dock Park War Memorial a été inauguré le samedi 16 septembre 1922 par le Vice-amiral Sir Lawrence E. Power et bénit par le révérend H. Robson de l'église St John's, Normanby Road, South Bank.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:47


Les Corvettes de la Classe FLOWER.



Au début de l'été 1940, un air d'inquiétude profonde et d'incertitude éclipsa tout le continent européen. De nombreux pays ont été confrontés à une crise immédiate de leurs identités nationales, de leurs perspectives de sécurité et de survie en raison d'une agression internationale soutenue, notamment par l'Armée Rouge de Staline qui a envahi les Pays Baltes avec l'Allemagne Nazie menaçant la plupart des autres démocraties. Un à un, ils ont été victimes des forces militaires avancées de Hitler envahissant et maîtrisant toute opposition en déposant toutes les autorités légitimes qu'elles ont remplacées par des dictatures imposées. En avril, le Danemark et la Norvège ont été dépassés, suivis en mai par la Hollande et la Belgique. Le 14 juin, les Allemands envahissent Paris, obligeant le gouvernement français à battre en retraite au sud de Bordeaux. C'était en vain. Le samedi 22 juin, Henri Philippe Pétain s'est rendu à Hitler dans le wagon historique de la forêt de Compiègne, Oise, à 60 km au nord de Paris et a déménagé sa capitale à Vichy, dans le département de l'Aisne, dans le centre de la France. Sous prétexte que la Flotte française risquait maintenant de tomber aux mains des nazis, Winston Churchill ordonna à la Royal Navy de détruire une grande partie de celle-ci alors qu'elle jetait l'ancre en Algérie, Colonie Française, causant de nombreuses pertes aux marins français. En outre, environ 200 navires de la Marine Française ont été saisis dans les ports britanniques afin de continuer à servir au sein des Forces Navales Françaises Libres. Jusqu'à la reddition de Pétain aux nazis, la Grande-Bretagne et la France avaient été les plus proches alliés. Une forme renouvelée de cette alliance s'est poursuivie à compter du 08 août, date à laquelle Churchill a signé un document en faveur de Charles de Gaulle et de son mouvement de résistance de la France Libre. C'est dans ce contexte troublant et inattendu, que le destin tragique de la Corvette La Bastiaise s'est déroulé laissant une trace visible qui peut encore être retrouvée à Middlesbrough aujourd'hui.

La confidentialité dans le signalement de l'action militaire en temps de guerre est, bien entendu, d'une importance primordiale. Les événements susceptibles d'informer ou de satisfaire les forces adverses, ou de décourager les amis et les alliés, sont nécessairement traités avec une grande prudence, parfois avec un secret total. Telle était la situation concernant le sort de La Bastiaise.

Smiths Dock Company Limited, une importante société de construction navale de Teesside, a joué un rôle remarquable, tout comme de nombreux autres établissements similaires à travers le pays, dans l'effort de guerre entre 1939 et 1945. En 1938 et 1939, la Grande-Bretagne s'est lancée dans un programme de construction et de renforcement de ses défenses en prévision d'une guerre attendue avec l'Allemagne. Sir Robert Backhouse, le Premier Lord de la Mer, a informé le directeur de la construction navale qu'il était préoccupé par la fourniture de navires de lutte anti-sous-marine. Il voulait une sorte de navire plus rapide qu'un chalutier, qui puisse être construit rapidement et n'aurait pas besoin d'un équipage important. En réponse, M. William Reed, directeur et architecte naval de la Smith's Dock Company à South Bank, a visité l'Amirauté britannique en prenant des dessins et des détails pour un navire de patrouille sur une base de baleinier, un type de navire pour lequel Smith's Dock était nationalement renommé. Un dessin détaillé a été élaboré par le dessinateur et les ingénieurs de Smith's Dock en coopération avec l'Amirauté. La compagnie a accepté d'envoyer des plans de navires et de moteurs aux chantiers navals en Grande-Bretagne, au Canada et en France. Il fut décidé qu'en cas de guerre, la France et la Grande-Bretagne partageraient leurs devoirs navals. Certains des nouveaux patrouilleurs seraient construits par l'Amirauté pour la Marine Française et quatre seraient construits par le chantier naval de Saint-Nazaire en France. Après la déclaration de guerre du 3 septembre 1939, les nouveaux Patrouilleurs, ou «Escorteurs Côtiers», ont été classés comme des Corvettes de la Classe Flower. La quille du premier navire, n°1075, a été posée à Smith's Dock le 19 octobre 1939 et lancée sous le nom de HMS Gladiolus le 1er janvier 1940. Une main-d'œuvre qualifiée d'environ 4 000 personnes a construit pas moins de 87 navires pour l'Amirauté durant le conflit et plusieurs Marines Alliées. .

La Classe Flower était une catégorie de 267 Corvettes développées par la Royal Navy spécifiquement pour la protection des convois traversant l'Atlantique pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est entendu que la conception de la Classe Flower était basée sur celle de la Southern Pride, navire n°1018, pavillon n°K249, un navire baleinier conçu et construit par Smith's Dock Company en 1938.

Le 22 juin 1940, un de ces navires, une Corvette de Classe Flower nouvellement construite en acier, glissa tranquillement de sa jetée dans la rivière Tees pour commencer ses essais en mer en embarquant à son bord un équipage français et des ingénieurs locaux. Nommée La Bastiaise, elle était l'une des quatre Corvettes à vapeur commandées à Smith's Dock en 1939 au nom de la Marine Nationale Française. Les détails techniques montrent qu'elle avait le N°1077, Flotte de Fret N°2, numéro de référence de l'Amirauté J 4138, que sa quille fut posée le 18 novembre 1939 et qu'elle fut lancée le 08 avril 1940. Son moteur était à arbre unique. les chaudières Scotch à tubes de fumée avec un moteur à vapeur à piston alternatif à quatre temps et une hélice à vis; sa vitesse était de 16 nœuds.
En taille, elle mesurait 62,5 mètres de longueur X 10,1 de large X 4,8 de tirant d'eau, avec un tonnage de 940 tjb. Ses armements, de la British Royal Navy, comprenaient cinq canons: 1 x 4 pouces BL Mk1X, 2 X vickers .50 mitrailleuses et 2 X Lewis .303 pouces mitrailleuses, plus 2 X Mk2 lanceurs de charges de profondeur et 2 rails de charges de profondeur avec 40 charges de profondeur. À la suite de la chute de la France en juin 1940, en raison de l'occupation nazie, sa propriété après le naufrage a été inversée à celle de la Royal Navy et est reconnue aujourd'hui comme un site de Commenwealth War Graves Commission. Elle tire son nom de la ville de Bastia, sur l'île de Corse, officiellement classée aujourd'hui «Ville d'Art et d'Histoire». Caractéristiques de la ville et de ses habitants sont connus comme "Bastiaise", ou "Bastiais", respectivement. En 2010, sa population s'élevait à 43.008.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:48


Un jour noir.



C'est un employé de Smith's Dock Company qui fournit les premières notes écrites sur le déroulement des événements concernant La Bastiaise. William Harrison, qui travaillait pour Smith's Dock, au bureau de dessin, de 1917 jusqu'au début des années 1960. Il entra au service de la Compagnie à titre d'apprenti et travailla jusqu'à sa nomination au poste de chef mécanicien de chantier naval. En 1946, il a reçu le MBE pour son travail dans l'effort de guerre. Les entrées dans son journal sont des sources d'information primaires connues localement seulement détaillant les événements de ce samedi matin fatidique au début de la guerre.
William Harrison écrit que " le 22 juin 1940 fut un jour très noir pour Smith's Dock. La Corvette La Bastiaise a explosé à Teesmouth au moment des essais, faisant de nombreuses victimes parmi les officiers et l'équipage. Des pertes ont également été subies parmi les responsables du chantier et les ouvriers. La nuit précédente (vendredi), la sirène de raid aérien avait retenti et des avions ennemis étaient dans le ciel, mais aucune bombe n'avait été larguée. Après la catastrophe de la Corvette, on a supposé que les avions allemands posaient des mines magnétiques et acoustiques dans les approches de la Tees, et que la Corvette avait heurté l'une d'elles. Des ouvriers de l'aciérie de Warrenby assistèrent à l'explosion du navire et ce fut un de ces hommes, habitant à Saltburn et nommé Harold Hilton, qui me rencontra dans la rue ce samedi matin et me raconta ce désastre. Je suis entré en contact avec d'autres personnes et la triste nouvelle m'a été confirmée. Il y avait un effectif de 65 personnes à bord et 50 hommes ont perdu la vie. "


William Harrison enregistre une première liste des employés décédés de Smith's Dock comme étant :
H. W. Townshend - Gestionnaire de Chantier
J. W. Dobson - Directeur de l'Ingénierie
Balls - Ingénieur Moteur
W. Pringle - Ingénieur en Chef
C. Hall - Dessinateur en Ingénierie
W. Gent - Dessinateur en Ingénierie
Powell - Dessinateur en Ingénierie
T. Mormon - Charpentier

Il note également que Charlie Hall, Dessinateur en Ingénierie, qui avait une jambe artificielle, s'était porté volontaire pour prendre la place d'un de ses collègues, Alf Robinson, qui devait être le témoin lors d'un mariage ce jour-là. On lui a également dit que parmi les survivants, le Commandant français et quelques membres de son équipage avaient été retrouvés à l'hôtel Zetland à Saltburn jusqu'à leur rapatriement. Ce qui hélas était faux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:49


Lieutenant de Vaisseau G. A. LACOMBE



Le Lieutenant de Vaisseau Georges Albert LACOMBE, fils d'Edmond et de Thérèse Marie, est né le 23 février 1907 à Toulon sur la côte sud de la France. Il a rejoint la Marine Française en 1926 après avoir obtenu son diplôme de l’École Polytechnique à Paris et sa qualification d'Enseigne de Vaisseau de 2ème classe le 1er octobre 1928 à l’École Navale du port de Toulon. Il a ensuite rejoint le Croiseur Cuirassé Edgar Quinet. Il obtint une promotion au grade d'Enseigne de Vaisseau de 1ère classe le 1er octobre 1930. Il est fait Lieutenant de Vaisseau le 1er janvier 1932 à Toulon. Il n'a jamais eu la chance d'accomplir sa dernière mission en tant que Commandant de la Bastiaise le 21 juin 1940 en raison des circonstances tragiques qui ont suivi au lendemain de sa prise de commandement. Son certificat de décès indique: "Corps mort trouvé le 6 juillet 1940 Plage Redcar à l'est du Zetland Park, Redcar Cause de la mort: a été retrouvé noyé à Redcar après le naufrage d'un bateau près de la bouche de la Tees suite à une explosion ". Le certificat de décès a été reçu de B.Wilkinson, médecin légiste adjoint de Langbaurgh East, après une enquête tenue le 8 juillet 1940. Il a été enterré au cimetière catholique St Joseph, North Ormesby, le 9 juillet 1940, où sa tombe est marquée par une pierre tombale de la Commission des Sépultures de Guerre du Commonwealth.



Le Lieutenant de Vaisseau LACOMBE est aujourd'hui inscrit à trois Monuments aux Morts en France; Le Mémorial de guerre de Toulon, le Mémorial de guerre de Montauraux et l’École Polytechnique de Paris. Son choix de carrière dans la Marine Nationale lui a permis de suivre les traces de son père. Également diplômé de l’École Polytechnique et de l’École Navale, Edmond (1875/1926) fut fait, le 1er janvier 1912, Chevalier de la Légion d'Honneur, pour son service exceptionnel sur nombre de navires de guerre et comme instructeur. Au cours de la Première Guerre mondiale, il fut commandant d'un sloop auxiliaire, le Nord-Caper, lorsqu'il reçut la Croix de Guerre avec une citation à l'Ordre de l'Armée Navale pour avoir fait preuve de courage en capturant un navire armé turc. en novembre 1915.


 



Dernière édition par Capitaine Patrick le Dim 1 Avr - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:50


Témoignages.

Arthur Dinsdale, un autre vétéran de ces jours de guerre à Smith's Dock, se souvient avoir vu de jeunes marins français, âgés de 20 à 30 ans, dans leurs élégants uniformes de la Marine avec un bonnet blanc arborant chacun son panache rouge. pompon d'environ 1 1/2 pouce de taille, alors qu'il descendait pour voir le navire, avec son équipage et les responsables du chantier naval, hors de la base d'appareillage dans la matinée de ces essais en mer. Arthur explique qu'on croyait que la Corvette avait été détruite par l'une des premières mines magnétiques à avoir été posées sur le fond de la mer, un engin qui explose à l'approche d'un navire en métal. Beaucoup de navires ont été perdus de cette manière jusqu'à ce qu'un moyen de surmonter le problème puisse être mis au point. Les navires ont finalement été démagnétisés en plaçant une bobine de fil autour de la coque, en utilisant une méthode connue sous le nom de démagnétisation.

Raymond Renwick, alors dans sa dernière année comme apprenti charpentier, a dit à Arthur que pendant que le bateau coulé il était dans le compartiment de queue d'arbre d'hélice mais a réussi à monter à une échelle verticale sur le côté avec Alex Henderson. Alex, âgé de 64 ans, de Miles Street, South Bank, un ingénieur de chantier naval, également décrit comme un mécanicien, ne put pas suivre et se noya tristement avant qu'un bateau vienne chercher les survivants, y compris Ray. MK Tratthorne se souvient que peu de temps après, Ray s'est joint à la marine marchande. Il mourut des suites de ses brûlures quand une mine détruisit l'arc et le carré de tribord de son navire au large d'Alger le 14 août 1943. Âgé de 21 ans il est enterré au cimetière d'El Alia en Algérie. Il a signé ses papiers en disant "force non armée" en cas de capture.

M. Dinsdale mentionne également Billy Pringle, son vieil ami. Au travail, dans le cadre de l'équipe d'ingénierie, il avait une cabine près du quai principal où, les jours froids, les apprentis venaient se réchauffer devant un poêle à ventre bombé. Il a dit à Arthur que lorsqu'il était petit, il pouvait se rappeler quand il était possible, à marée basse, de traverser l'embouchure de la rivière à cheval !. William H. Pringle, de Saltburn, né en septembre 1882, a péri à l'âge de 58 ans, faute d'avoir pu s'échapper de la salle des machines de la Corvette.

John Fletcher, un installateur d'Acklam dont le père, Frank Fletcher, un survivant de La Bastiaise, avait déjà travaillé chez Pickersgill's, entrepreneur en électricité, et M. Barnett se souviennent de George Ackroyd et de Barry Thistlethwaite. Patrick Mackin, âgé de seulement quatre ans, se souvient d'avoir été sur les épaules de l'équipage français lors d'une fête tenue à Teesville en l'honneur de La Bastiaise, à laquelle assistaient des représentants de la compagnie et l'équipage du navire, peu de temps avant son départ. Son frère, Brian, se rappelle leurs uniformes distinctifs avec les pompons sur leurs casquettes. Leur invitation à se joindre à cette heureuse occasion reflète la grande tradition d'accueil et d'hospitalité bien connue de la communauté de Teesville.


Parmi ceux qui ont péri à bord de La Bastiaise, il y avait un petit nombre d'hommes employés par la firme sous-traitante Swinney Brothers Ltd., de Morpeth en 1923, pour le compte de la Smith's Dock Company. Le répertoire de Kelly pour 1938 répertorie l'entreprise comme "Swinney Brother Limited, fondeurs de fer, Wansbeck Ironworks, Morpeth". Deux des ouvriers de cette firme sont identifiés dans un journal tenu par Mr KH Beale de Smith's Dock et également sur une page française "Alamer - La Bastiaise", comme étant J.M. Broad et W. Young, parmi un total de 25 hommes associés à Smith's Dock, qui est connu pour avoir embarqué sur le navire, seulement sept ont survécu.



Le dimanche 7 juillet 1940, un service commémoratif pour ceux qui ont perdu la vie a eu lieu dans l'église paroissiale St John the Evangelist à Normanby Road, South Bank, au cours de laquelle les noms des 18 employés de Smith's Dock ont été lus. Canon Cecil Cuthbert Hurt MA, vicaire de South Bank (1932/1944), a assuré l'office.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:50


Canot de sauvetage.



A 10h30 le matin de la tragédie, le canot de sauvetage RNLI Hartlepool ON 828, The Princess Royal, (Service Civil N°7), lance une tentative de sauvetage dans une météo décrite comme douce, lisse avec une légère houle, à l'endroit défini comme "Outside Tees Fairway Buoy", pour un navire de la Marine Française, La Bastiaise. L'embarcation de sauvetage est revenue à Hartlepool à 11h30 après un effort avorté n'ayant malheureusement récupéré aucun corps ou survivants. Bien que les noms d'équipages de canots de sauvetage précis n'aient pas été habituellement enregistrés à cette date, rien n'indique que des membres de l'équipage aient été perdus pendant ce service.

MK N. Blythman écrit: «Des hommes de la station pilote et des pêcheurs de Redcar sont également allés à la rescousse, mais il y avait peu de survivants, bien que la mer était calme, beaucoup avaient été étouffés par le pétrole à la surface.
A 5h30 ce samedi soir, dans la forêt de Compiègne près de Paris, les délégués français ont signé l'Armistice ".


En 2004, la position de l'épave dans la mer du Nord se situait à 54° 39' 36" de latitude nord et à 001° 07' 04" de longitude ouest, à une profondeur d'au moins 40 pieds, soit environ 12 mètres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:52


Nécrologies.

Un incident de cette ampleur aurait normalement suscité beaucoup de publicité, en particulier dans la presse locale. La principale préoccupation de la presse à l'époque était toutefois qu'elle ne devrait pas divulguer des informations pouvant être utiles à l'ennemi. Pour déguiser la raison de la mort, les colonnes nécrologiques ne mentionnaient pas certains des noms des hommes et ne donnaient pas toujours d'indication sur la date du décès.


Par exemple, la mort de HV Townshend a été rapportée dans la Evening Gazette le 24 juin comme suit : "Townshend - 22 juin en mer, Howard William, époux d'Elizabeth Townshend, Eaglescliffe, Aussi, inclus dans les mêmes annonces," Henderson - le 22 juin, Alexandre, époux de Rose ... ", mais sans mention de la mer, et" Rackstraw "- Le 22 juin, soudainement en mer, Harry, cher époux de Pat" Breckon Hill Road, cher fils de M. et Mme Rackdtraw, North Ormesby Road ".

Un jour plus tard, le 25 juin, trois autres annonces ont été faites :
"Hansson - le 22 juin en mer, Victor, cher époux de Daisy Hansson ...".
"Pateman - le 22 juin soudainement en mer, Herbert, cher époux d'Evelyn ...".
"Pringle - le 22 juin soudainement en mer, William H. (Billy), fils aîné chéri de Mary A., Garnet Street, Saltburn-by-Sea".

Troisièmement, comme annoncé le 26 juin :
"Crowell, soudainement en mer, Charles Edwin (Ted), cher époux d'Irene ...".
"Dobsen - Perdu en mer, John William cher époux d'Ethel Dobson ...".
"Gent - Soudainement en mer, William, époux bien-aimé de Lottie Gent, Hutton Road".
"Hansson - En mer, Victor, frère chéri de Duncan, Eddie, Kenneth et Hilda".
"Hunter - Thomas (Tees Pilot), cher époux de Sophia Hunter, perdu en mer ...".

Quatrièmement, le 27 juin :
"Gent - En mer, Guillaume fils de MJD et feu Mme H. A. Gent, rue Worcester".
"Moremon - Soudainement en mer, Thomas Alfred, 36 ans, cher époux de Marie".

Cinquièmement, le 28 juin :
"Andersson - Soudainement en mer, Johan Gustof, cher époux de feu Mary Rebecca Andersson, 46 ans, Pym Street, South Bank ...".
"Anglais - En mer, tout à coup, Frank, 21 ans, fils chéri de Maud et Jim English ...".
"Hall - Soudain en mer, Charles William, fils chéri de feu William et Emma Hall, de Springfield, Stokesley".
"Hunter (Tees Pilot) - Un service commémoratif aura lieu à l'église St. Barnabas, Middlesbroughon samedi à 16h".
"Powell - Perdu en mer, tout à coup, Lewis Stanley, époux de Hilda de Windsor Road, Normanby, service commémoratif aura lieu à l'église méthodiste de South Bank dimanche à 18 heures".




POWELL - Perdu en mer, tout à coup, Lewis Stanley, époux de Hilda (née Oliver), de Windsor Road, Normanby. Le service commémoratif aura lieu à l'église méthodiste Southby Normanby Road, le dimanche 30 juin à 18h.
Profondément pleuré par sa femme et sa famille.


Comme on peut le voir, les nécrologies tardives ne contenaient aucune date. C'était pour que les décès de Gent, Powell, Hall et Dobson ne soient pas liés aux décès annoncés précédemment de Townshend et Pringle. En tout, les noms de 14 employés sont comptabilisés dans ces notices nécrologiques. Le nom de Johan Gustof Andersson de Pynn Street, South Bank ne figure sur aucun monument commémoratif et n'est pas identifié à La Bastiaise, bien qu'il ait pu être lié d'une autre manière à la tragédie, par exemple, dans une tentative de sauvetage. Parmi les 15 noms mentionnés ci-dessus, un seul service funéraire a eu lieu, celui d'Alexander Henderson, qui a été enterré au cimetière Eston, tombeau numéro 353D, le mardi 25 juin 1940. En outre, un point d'intérêt supplémentaire est qu'un des trois autres hommes ont été retrouvés échoués le long de la plage à cette époque, tous enregistrés comme étant «inconnus», un à Hummershill, Marske; un flottant dans la mer à Redcar en face de l'étang de Lily et un sur la plage de Marske. Puisque ces trois hommes n'étaient pas identifiés comme portant des uniformes de la Marine française, il est fort possible qu'ils aient été des membres du personnel de Smith's Dock.





Quatre membres de l'équipage du navire ont été enterrés au cimetière catholique St Joseph, à North Ormesby. Ce sont Charles Frigaux, décédé à l'hôpital North Ormesby. George Lacombe, retrouvé échoué sur la plage de Redcar; Victor Le Drollec, retrouvé dans la rivière Tees et Marcel Marteel, également décédé à l'hôpital North Ormesby, qui ont tous été enterrés par le chanoine N. Dunne de la cathédrale catholique St. Mary, Middlesbrough. Deux d'entre eux, Victor Le Drollec et Marcel Marteel, ont été exhumés et rapatriés en France en février 1948.

Dans une lettre qui reflète la profonde inquiétude ressentie au printemps 1940 par la menace d'une invasion nazie en France, la petite-fille de Marcel Marteel, Mme Catherine Lehouk, qui vit encore à Bray-Dunes, écrit: «Mon grand-père est mort en Angleterre à Middlesbrough, le 25 juin 1940. Il s'était embarqué à Cherbourg où ma mère pouvait le voir au point d'embarquement, alors qu'elle avait sept ans et était réfugiée dans une ferme du Calvados avec ma mère et mon père. Ma grand-mère avait été informée de la mort de son mari à la fin de 1940. Son corps a été exhumé et ramené à Bray-Dunes le 16 février 1948. Ma mère a reçu en 1954 deux médailles, dont la Croix de Guerre avec un certificat posthume de droit ".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:53


Monuments.

Une plaque commémorative produite par le comité de réintégration de Smith's Dock (South Bank), en l'honneur du personnel de Smith's Dock qui a perdu la vie, est maintenant exposée à la Chapelle du Souvenir au Camp Eden, un ancien camp de prisonniers de guerre près de Malton dans le Nord Yorkshire, aujourd'hui Musée de Guerre. Pour un total de 18 personnes, les noms des employés rappelés par MK N. Blythman en 1996, qui ont perdu la vie lors de l'explosion de La Bastiaise lors des essais en mer, sont classés par ordre alphabétique.

Les noms de ceux de Smith's Dock qui ont perdu la vie sur La Bastiaise varient entre les deux monuments. Sur l'Eden Camp Memorial et le Smith's Dock Memorial Service figure une liste de 18 noms, bien que certains diffèrent d'un monument à l'autre. Trois noms, ceux de S. Hickling, J. M. Broad et W. Young, tels qu'ils figurent sur le mémorial de Smith's Dock, sont omis du mémorial d'Eden Camp, tandis que trois autres noms sont substitués à leur place. Ce sont R. Fenwick, W. A. Hebden et F. A. Morton. Il y a, cependant, une certaine incertitude à ce sujet, car aucune preuve concluante n'a été retrouvée reliant ces trois noms à La Bastiaise et ils ne sont pas enregistrés comme étant morts en 1940.

Un de ceux qui se sont si tragiquement noyés à cette occasion, bien que n'étant pas un employé de la Compagnie, est commémoré sur le Tower Hill Memorial à Londres, entretenu par la Commonwealth War Graves Commission. Il s'agit du pilote Thomas Hunter, de l'Administration de pilotage des Tees (Middlesbrough), du Phare et des Autorités de pilotage, dont le nom est inscrit à perpétuité au tableau 122. Il a été nommé le 25 septembre 1908 à l'âge de 26 ans pour travailler à l'intérieur seulement de la mer à Stockton Bridge et à partir du 16 septembre 1918, pour inclure également le pilotage de tout navire vers l'extérieur de Stockton Bridge à la mer. Son père avant lui, aussi prénommé Thomas et Tees Pilot, a été nommé à ce poste le 8 juin 1886 à l'âge de 30 ans.

Plusieurs années de travail acharné et de collecte de fonds se sont concrétisées par la mise en place d'un mémorial permanent en mémoire de tous ceux, marins et civils, qui ont perdu la vie à bord de La Bastiaise. Construit par Brian Noble Escrime Contrators Ltd, de Great Busby, il prend la forme d'un solide bloc de pierre de Portland pesant 1. 246 kilogrammes, fourni par Albion Stone plc, portant une plaque commémorative inscrite par Peels Engravers de Middlesbrough avec les noms des 18 employés de Smith's Dock et des 43 marins français servant dans les Forces Navales Françaises Libres, qui sont morts le 22 juin 1940 dans l'estuaire du Tees. Un point particulièrement important est que, unis aux forces britanniques dans la lutte contre les nazies, plusieurs de ces personnes ne figurent sur aucun Monument aux Morts en France.

Comme on peut le constater dans les annexes suivantes, le chiffre de 50 vies perdues de M. Harrison est légèrement inexact, puisque 61 personnes sont décédées, soit 18 membres du personnel de Smith's Dock et 43 marins des Forces Navales Françaises Libres, qui ont péri sans aucune forme de reconnaissance. Sans l'intérêt montré par les deux employés qui ont gardé une note dans leurs journaux, les détails personnels de cette tragédie auraient peut-être disparu au fil des ans. Heureusement, ces documents succincts survivent encore et une recherche minutieuse a permis que ces hommes aient maintenant un mémorial approprié à leur sacrifice.


"Ils ne vieilliront pas, comme nous qui sommes vieux,
L'âge ne doit pas les fatiguer, ni les années les condamner,
Au coucher du soleil et au matin,
Nous nous souviendrons d'eux."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:53


Les employés de Smith's Dock Company se souviennent du service commémoratif tenu le dimanche 7 juillet 1940 à l'église St John, Normandy Road, South Bank.

Balls R. M. - Motoriste à la British Corporation

Broad J. M. - Swinney Brothers, Morpeth

Crowell Charles Edwin, de South Bank - Assistant

Dobson John Williams, de Redcar - Directeur de l'Ingénierie Extérieure

Anglais Frank, de South Bank - Poste inconnue

Gent William, de Middlesbrough - Dessinateur

Hansson Victor, de South Bank - Assistant

Hall Charles William, de Stokesley - Dessinateur

Henderson Alexander, de South Bank - Mécanicien

Hickling Samuel Robert, de South Shields - Timonier

Hunter Thomas, de Middlesbrough - Pilote de la Tees

Moremon Thomas Alfred, de Normanby - Charpentier de Marine

Pateman Herbert, de Middlesbrough - Mécanicien

Powell Lewis Stanley, de Normanby - Dessinateur

Pringle William H., de Saltburn - Ingénieur en Chef

Rackstraw Harry, de Middlesbrough - Mécanicien

Townshend Howard William, de Eaglescliffe - Dessinateur

W. Young - Swinney Brothers, Morpeth


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:54


Les marins français des Forces Navales Françaises Libres
qui ont perdu la vie lors du naufrage de la Corvette La Bastiaise.


Un total de 43 noms ainsi que les lieux de leurs monuments locaux sont répertoriés sur les sites français, y compris Mémorial GenWeb, et www.memoiresdeshommes.sga.defense.gouv.fr

Quatre membres d'équipage français ont été enterrés à Middlesbrough, dont deux ont été rapatriés en France en février 1948.

BEARD Henri Émile François - Quartier-maître de 1ère classe.
Né le 24 juin 1906 à Domfront-en-Poiraie, Orne (61).
Mort pour la France à l'âge de 33 ans.
Monument aux Morts de Briouze, Orne.


BELLEC Pierre Louis - Matelot Gabier.
Né le 21 février 1906 à Guingamp, Côtes d'Armor (22).
Mort pour La France à l'âge de 34 ans.
Pas d'inscription.


BLANCHEREAU Raoul Étienne - Matelot Timonier.
Né le 25 novembre 1916 au Verdon-sur-Mer, Gironde (33).
Mort pour la France à l'âge de 23 ans.
Monument aux Morts du Verdon-sur-Mer, Gironde.


CAROFF Yves Louis Marie - Gabier Écouteur.
Né le 19 juin 1921 à Loperhet, Finistère (29).
Mort pour la France à l'âge de 19 ans.
Monument aux Morts de Plougastel-Daoulas, Finistère.


CARRU Lucien Pierre François - Fusilier-marin, Quartier-maître de 1ère classe.
Né le 17 juillet 1909 à Fort Mardyck, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 30 ans.
Monument aux Morts de Petite-Synthe, Nord.


DANIEL Michel René - Maître Timonier.
Né le 19 août 1910 à Auray, Morbihan (56).
Mort pour la France à l'âge de 27 ans.
Monument aux Morts d'Auray, Morbihan.


DELAHAYE Paul Hubert Edmond - Matelot Mécanicien.
Né le 10 mai 1914 à Joeuf, Meurthe-et-Moselle (54).



Mort pour la France à l'âge de 26 ans.
Monument aux Morts de Joeuf, Meurthe-et-Moselle.


DELAUNAY Ernest Jean Marie - Quartier-maître de 1ère classe Radiotélégraphiste.
Né le 14 septembre 1914 à Ploubazlanec, Côtes d'Armor (22).
Mort pour la France à l'âge de 22 ans.
Monument aux Morts de Paimpol, Côtes d'Armor.


FORTIER Albert Léon - Matelot.
Né le 20 novembre 1911 à Lagny-sur-Marne, Seine-et-Marne (77).
Mort pour la France à l'âge de 28 ans.
Monument aux Morts de Saint-Thibault-des-Vignes, Seine-et-Marne.


FRANÇOIS Georges Eugène - Quartier-maître de 1ère classe Timonier.
Né le 09 mars 1912 à Bruay-sur-l'Escaut, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 28 ans.
Croix de Guerre avec Palme.
Pas d'inscription.


FRIGAUX Charles René Marie Georges - Enseigne de Vaisseau de 1ère classe Second Officier.
Né le 02 mai 1907 à Granvilliers, Oise (60).
Mort pour la France à l'âge de 33 ans.
Monument aux Morts du Havre, Seine-Maritime.
Monument aux Morts de Fleurines, Oise.
Monument aux Morts de Paimpol, Côtes d'Armor.
Plaques commémoratives à Beauvais et Paimpol.


"Il est décédé le 6 juillet 1940 après avoir été amputé de deux jambes à l'hôpital North Ormesby de Middlesbrough. Il a été enterré au cimetière catholique St Joseph, North Ormesby, le 9 septembre 1940, où il repose encore. Décès enregistré à Middlesbrough, GRO septembre sept. 1940, volume 9d page 1080.
Il perdit l'usage de ses jambes déchiquetées mais trouva la force de réconforter les rares survivants. Mémorial GenWeb."


GAESSLER Marcel - Matelot Canonnier.
Né le 07 mai 1920 à Strasbourg, Bas-Rhin (67).
Mort pour la France à l'âge de 20 ans.
Pas d'inscription.


GIRET Georges Laurent Alexandre - Quartier-maître de 1ère classe Timonier.
Né le 05 janvier 1915 à Soulom, Hautes-Pyrénées (65).
Mort pour la France à l'âge de 25 ans.
Monument aux Morts de Soulom, Hautes-Pyrénées.


GLERE Georges Henri Albert - Matelot Écouteur.
Né le 16 avril 1919 à Argelès-Gazost, Hautes-Pyrénées (65).
Mort pour la France à l'âge de 21 ans.
Monument aux Morts d'Argelès-Gazost, Hautes-Pyrénées.


GRELAT Désiré - Quartier-maître de 1ère classe Écouteur.
Né le 03 novembre 1912 à Vierzon, Cher (18).
Mort pour la France à l'âge de 27 ans.
Pas d'inscription.


HEUZE Robert Louis René - Matelot Maître d’Hôtel.
Né le 23 octobre 1913 à Saint-Martin-aux-Buneaux, Seine-Maritime (76).
Mort pour la France à l'âge de 26 ans.
Monument aux Morts de Saint-Martin-aux-Buneaux, Seine-Maritime.


JACQUOT Albert François - Matelot Canonnier.
Né le 05 janvier 1922 à Bourges, Cher (18).
Mort pour la France à l'âge de 18 ans.
Plaque commémorative à Asnières-les-Bourges, Cher.


KERVAZO Louis Marie - Second Maître Canonnier.
Né le 21 mars 1911 à Pontivy, Morbihan (56).



Mort pour la France à l'âge de 29 ans.
Monument aux Morts de Locmalo, Morbihan.


KULLING Charles Robert - Quartier-maître de 1ère classe Mécanicien.
Né le 31 mai 1917 à Hanau, Allemagne.
Mort pour la France à l'âge de 23 ans.
Pas d'inscription.


LABBE François Joseph Mathurin - Quartier-maître de 1ère classe Fourrier.
Né le 07 novembre 1921 à Pleudihen-sur-Rance, Côtes d'Armor (22).
Mort pour la France à l'âge de 18 ans.
Plaque commémorative à Pleudihen-sur-Rance, Côtes d'Armor.


LACOMBE Georges Albert - Lieutenant de Vaisseau Commandant de La Bastiaise.
Né le 23 février 1907 à Toulon, Var (83).



Mort pour la France à l'âge de 33 ans.
Monument aux Morts de Toulon, Var
Monument aux Mort de Montauroux, Var
Mémorial de l’École Polytechnique, Paris.


"Son corps a été retrouvé échoué sur la plage de Redcar, le 6 juillet 1940, en face du parc de Zedland et enterré au cimetière catholique de St. Joseph, North Ormesby, Middlesbrough. Décès: GRO Septembre 1940, volume 9d page 838."

LAMANDIN Georges Émile - Quartier-maître de 1ère classe Mécanicien.
Né le 27 mars 1907 à Béthencourt, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 33 ans.
Monument aux Morts de Serain, Aisne.


LAUDET Marcel - Quartier-maître de 1ère classe Chauffeur.
Né le 07 mai 1913 à Vauciennes, Oise (60).
Mort pour la France à l'âge de 27 ans.
Plaque commémorative à Gondreville, Oise.


LE DROLLEC Victor Marie Francis - Fusilier-marin.
Né le 16 novembre 1907 à Servel (Lannion), Côte d'Armor (22).
Mort pour la France à l'âge de 32 ans.
Monument aux Morts de Pleumeur-Bodou, Côte d'Armor.


"Il a été retrouvé noyé dans la rivière Tees et enterré le 25 juin 1940 dans le cimetière catholique de St. Joseph, North Ormesby. Décès enregistré à Middlesbrough, GRO référence trimestre de septembre, volume 9d, page 1169. Le 16 février 1948, il est exhumé et rapatrié en France."

LE GALL Hippolyte - Maître Manœuvrier.
Né le 19 septembre 1915 à Ouessant, Finistère (29).
Mort pour la France à l'âge de 22 ans.
Monument aux Morts d'Ouessant, Finistère.


LE VOURC'H Alain Yves Marie - Quartier-maître de 1ère classe Chauffeur.
Né le 25 février 1916 à Plounéour-Trez, Finistère (29).
Mort pour la France à l'âge de 24 ans.
Monument aux Morts de Plounévez-Lochrist, Finistère.


LEFEBURE Jules Charles Albert - Quartier-maître de 1ère classe Gabier.
Né le 18 novembre 1914 à Grand Fort Philippe, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 25 ans.
Monument aux Morts de Grand Fort Philippe, Nord.


LEFEBVRE Florentin Auguste - Quartier-maître de 1ère classe Mécanicien.
Né le 26 mars 1909 à Lille, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 31 ans.
Pas d'inscription.


LEGLISE Marcel Robert - Quartier-maître de 1ère classe Canonnier.
Né le 31 décembre 1911 à Paris.
Mort pour la France à l'âge de 28 ans.
Pas d'inscription.


LESUR Marc Louis Marie Joseph - Matelot Radiotélégraphiste.
Né le 16 février 1918 à Nam Dinh, Tonkin Indochine.
Mort pour la France à l'âge de 22 ans.
Pas d'inscription.


MARTEEL Marcel Noël - Matelot Gabier.
Né le 20juillet 1912 à Bray-Dunes, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 27 ans.
Monument aux Morts de Bray-Dunes, Nord.


"Il mourut des suites de ses blessures le 22 juin 1940 à l'hôpital North Ormesby de Middlesbrough et fut inhumé dans le cimetière catholique St Joseph, North Ormesby, le 25 juin 1940. Décès enregistré dans Middlesbrough volume 9d, page 1168. Le 16 février 1948, il est exhumé et rapatrié à Bray-Dunes où il repose maintenant dans sa tombe familiale."

MASSON Adrien Léon - Matelot Chauffeur.
Né le 16 octobre 1908 à Petit-Quevilly, Seine-Maritime (76).
Mort pour la France à l'âge de 31 ans.
Pas d'inscription.


MAUCHAUFFE Pierre André Marcel - Matelot Torpilleur.
Né le 14 septembre 1912 à Sainte-Menehould, Marne (51).
Mort pour la France à l'âge de 27 ans.
Monument aux Morts de Chalons-en-Champagne, Marne.
Mémorial de la gare de Chalons-en-Champagne, Marne.
Mémorial du dépot S.N.C.F de Chalons-en-Champagne, Marne.
Plaque commémorative au Collège Chanzy de Sainte-Menehould, Marne.


MORERE Henri Georges Jean - Matelot Commis aux Vivres.
Né le 14 janvier 1921 à Bois Colombes, Hauts-de-Seine (92).



Mort pour la France à l'âge de 19 ans.
Monument aux Morts de Bourg-la-Reine, Hauts-de-Seine.


NICOLAS Robert Maximilien Alfred - Matelot Opticien Télémétriste.
Né le 27 décembre 1921 à Charmes, Vosges (88).
Mort pour la France à l'âge de 18 ans.
Pas d'inscription.


NOURRY Robert Nestor Félix - Quartier-maître de 1ère classe Chauffeur.
Né le 04 janvier 1914 à Steenbecque, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 27 ans.
Monument aux Morts de Hazebrouck, Nord.
Plaque commémorative S.N.C.F de Hazebrouck, Nord.


PAGNERRE Arthur Antoine - Quartier-maître de 1ère classe Chauffeur.
Né le 06 août 1914 à Rosendaël (Dunkerque), Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 25 ans.
Livre d'Or commémoratif des Douanes 1939/1945.


PERON Joseph Pierre Marie - Second Maître Radiotélégraphiste.
Né le 05 juillet 1914 à Pont-Aven, Finistère (29).
Mort pour la France à l'âge de 25 ans.
Monument aux Morts de Pont-Aven, Finistère.


POTIER Jean Baptiste - Matelot Chauffeur.
Né le 28 mai 1908 à Roost-Warendin, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 32 ans.
Pas d'inscription.


PRIGENT Jean François - Matelot Chauffeur.
Né le 09 mai 1907 à Locquirec, Finistère (29).



Mort pour la France à l'âge de 33 ans.
Monument aux Morts de Locquire, Finistère.


PUNANT Camille - Matelot Chauffeur.
Né le 16 octobre 1910 à Templeux-la-Fosse, Somme (80).
Mort pour la France à l'âge de 29 ans.
Monument aux morts St. Radegund de Peronne, Somme.


ROGET René Félix - Quartier-maître de 1ère classe Torpilleur.
Né le 30 juin 1915 à Villemomble, Seine-Saint-Denis (93).
Mort pour la France à l'âge de 24 ans.
Monument aux Morts du Vieux Cimetière de Le Raincy, Seine-Saint-Denis.
Monument aux Morts Municipal de Le Raincy, Seine-Saint-Denis.


VANHILLE Henri Louis - Quartier-maître de 1ère classe Cuisinier.
Né le 10 septembre 1906 à Bray-Dunes, Nord (59).
Mort pour la France à l'âge de 33 ans.
Monument aux Morts de Bray-Dunes, Nord.




Plaque commémorative du Monument aux Morts de Bray-Dunes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:55


Membres d'équipage de La Bastiaise "Morts pour La France" sans inscription sur un Monument aux Morts.

BELLEC Pierre Louis.

FRANÇOIS Georges Eugène.

GAESSLER Marcel.

GRELAT Désiré.

KULLING Charles Robert.

LEFEBVRE Florentin Auguste.

LEGLISE Marcel Robert.

LESURE Marc Louis Marie Joseph.

MASSON André Léon.

NICOLAS Robert Maximilien Alfred.

POTIER Jean Baptiste.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:55


SURVIVANTS


Marine Française


BARILLOT Claude - Cuisinier.

BERTHE Louis - Mécanicien.

CARON André - Mécanicien.

CHIQUET Lucien - Écouteur.

LE ROUX Eugène - Quartier-maître Mécanicien.

ROUSSEAU Michel - Ingénieur Mécanicien.

VERNON Roger - Quartier-maître Électricien.

WENDLING Léon - Quartier-maître Mécanicien.

LEFEVRE - Matelot (passager).



Employés de la Smith's Dock Company.


ACKROYD George - Mécanicien.

BARKER Syd - Mécanicien.

CONROY T. - Apprenti.

FLETCHER Frank W. - Électricien.

JONES H. - Cuisinier.

RENWICK Raymond - Apprenti.

SMITH Jack - Mécanicien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Capitaine Patrick
Capitaine de Vaisseau
Capitaine de Vaisseau
avatar

Messages : 17898
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 55
Localisation : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   Dim 1 Avr - 8:56







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marinesdeguerreposte.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dorothea, le châtiment des sorcières
» Dostoievski : Crime et châtiment ...
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marines de Guerre et Poste Navale :: FRANCE - Aéronautique Navale - Bases Navales - Périodes de Conflits - S.N.S.M - Unités diverses de la Royale. :: Seconde Guerre Mondiale :: Corvette LA BASTIAISE : Histoire d'un Bâtiment perdu de la Royale.-
Sauter vers: